Home>Nationale>Violences à Montpellier: Jean-Luc Mélenchon vole au secours de la députée insoumise pointée du doigt par le préfet
Nationale Politique SÉCURITÉ Social SOCIÉTÉ

Violences à Montpellier: Jean-Luc Mélenchon vole au secours de la députée insoumise pointée du doigt par le préfet

Muriel Ressiguier a été directement visée par le maire et le représentant de l’Etat, lundi. Samedi, des « casseurs » ont ravagé le centre-ville de Montpellier…

Lundi, le préfet de l’Hérault pointait du doigt la tentative de « médiation » de Muriel Ressiguier, samedi, peu après le départ de la manifestation anti-Macron. La députée de la France insoumise avait tenté de convaincre un policier de laisser passer le cortège. L’agent a refusé. Quelques minutes plus tard, des « casseurs » ont pénétré dans l’Ecusson, brisant de nombreuses vitrines à coups de marteau, et incendiant des poubelles.

Comme 20 Minutes l’indiquait mardi, pour Pierre Pouëssel, cette discussion aurait gêné « la manœuvre » visant à sécuriser le centre-ville. « Les manifestations ont pu s’introduire dans l’Ecusson parce qu’il y a eu pendant quelques minutes un flottement lié à une discussion entre une élue et un commissaire de police », a expliqué le représentant de l’Etat qui a évoqué lundi « une curieuse médiation au milieu des casseurs ».

lemouvement.info@lemouvementinfo
 

La députée @MRessiguier vient calmer les choses #Montpellier

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 
 

sarciat@sarciat
 

Muriel Ressiguier on dit oups ? @MRessiguier @FranceInsoumise @MLMontpellier @GrabelsIci @humanite_fr @lagglorieuse @Lagazettefr

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 
 

Nicolas Bonzom@nicolasbonzom
 

#Montpellier Le préfet de l’Hérault évoque les violences survenues samedi lors de la manifestation anti-Macron @20Minutes

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 
 

« La situation a été provoquée par une gestion peu professionnelle »

Le maire de Montpellier,​ Philippe Saurel (divers gauche), s’était aussi plaint de l’attitude de la députée. Patricia Mirallès, députée LREM, proche de l’élu, s’en est également émue ce mercredi sur les bancs de l’Assemblée nationale (voir vidéo ci-dessous).

LCP

@LCP

 

La députée de l’Hérault @MIRALLESMP déplore les « actes inqualifiables » de 200 individus à Montpellier le 14 avril. « Le droit de manifester n’est pas le droit de saccager ! »#DirectAN #QAG

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 
 

Ce mercredi, Jean-Luc Mélenchon lui-même vole au secours de sa députée. « Le maire macroniste Philippe Saurel et le préfet accusent (…) Muriel Ressiguier d’être responsable des troubles en ville ce jour-là, écrit le chef de file de la France insoumise sur Facebook. Tous les observateurs ont bien vu comment la situation a été provoquée par une gestion peu professionnelle des forces de l’ordre. Ceux qui s’en prennent à Muriel Ressiguier joignent leur hargne à celle de l’extrême droite locale bien connue pour sa violence. »

Jean-Luc Mélenchon évoque des « menaces de mort »

« Pas touche à Muriel », écrit Jean-Luc Mélenchon, qui indique que « cinq députés de la France insoumise, dont Muriel Ressiguier, sont l’objet de menaces de mort sur eux-mêmes ou leur famille. J’ai moi-même été la cible d’un complot visant à m’assassiner. »

« Il faut être sérieux, s’agaçait Muriel Ressiguier, lundi, à 20 Minutes. Si le fait de parler deux minutes à un policier, cela brouille la stratégie de défense des forces de l’ordre, c’est qu’elle est curieusement faible. Je suis allée parler à un policier, à partir du moment où l’on a compris qu’on n’allait pas pouvoir passer, on a compris que c’était fini. »

Une pétition de riverains et de commerçants de l’Ecusson, demandant la démission de l’élue, rassemblait près de 600 signataires, ce mercredi en fin d’après-midi.