Home>JUSTICE>VIDÉO. Oise : Les gendarmes remontent les trésors engloutis au fond de la rivière
JUSTICE Lille Medias SÉCURITÉ TRANSPORT Video

VIDÉO. Oise : Les gendarmes remontent les trésors engloutis au fond de la rivière

NETTOYAGE Un mois par an, les autorités retirent du fond de l’Oise des dizaines d’épaves de voitures et bien d’autres choses encore


Parking sous-marin. Depuis lundi, et pendant un mois, gendarmes et personnels de Voies navigables de France (VNF) draguent le lit de la rivière Oise. Ce type d’opération a lieu chaque année pour retirer les nombreuses épaves de voitures qui gisent au fond de l’eau. Outre assurer la sécurité de la navigation, c’est aussi l’occasion de faire des trouvailles permettant parfois de résoudre des crimes.

L’opération a commencé lundi matin, au niveau de la commune de Saint-Leu-d’Esserent. A la tête d’une équipe composée d’une dizaine d’hommes, dont cinq gendarmes, le maréchal des logis chef Alexandre Mariette. « On reprend à l’endroit où l’on avait terminé l’année dernière », explique-t-il. Pendant les trois prochaines semaines, à l’aide d’un bateau grue et d’une barge mis à disposition par VNF, ils vont tâcher de retirer de l’Oise toutes les épaves de véhicules. « On en a remonté sept, lundi, et dix aujourd’hui. En moyenne, ça fait environ huit par jour », poursuit le militaire.

Une voiture de 1920 immergée depuis deux décennies

Le but premier de l’opération est pratique : « La présence de ces épaves gêne la navigation ou le stationnement des péniches, assure le chef Mariette. On souhaite anticiper les accidents et éviter qu’un bateau ne reste bloqué ou ne coule. » Depuis qu’il s’occupe de ces opérations, en 2014, le maréchal des logis a accumulé les anecdotes. « L’année dernière, nous avons sorti une voiture de collection immatriculée en 1920. Elle avait passé au moins 20 ans dans l’eau », se souvient-il. Il en a cependant d’autres, beaucoup moins drôles.

Le bateau grue mis à disposition par VNF.
Le bateau grue mis à disposition par VNF. – Gendarmerie nationale

« Parfois, il y a des cadavres dans les véhicules. Je me souviens de collègues qui ont sorti une voiture disparue depuis dix ans avec un père et son fils dedans. C’était un suicide », raconte le gendarme. Il y a aussi les délinquants et les criminels qui pensent que l’Oise engloutira à jamais les traces de leurs méfaits. « Souvent, il s’agit de vols ou d’escroqueries à l’assurance. Depuis un an, on repêche aussi beaucoup de voitures volées par des trafiquants de pièces. Les épaves nous permettent de déterminer la manière d’opérer des malfaiteurs et de remonter les filières », assure le chef Mariette.

L’année dernière, dans une voiture immergée, les gendarmes ont retrouvé les dernières pièces du puzzle dans une affaire ouverte quinze ans auparavant. « Il y a aussi ce simple CD contenant des photos de famille qui nous a permis d’élucider une tentative de meurtre », confie le gendarme. Et, outre les voitures, le lit de l’Oise regorge de trésors en tous genres : scooters, motos, vélos, armes, coffres-forts ouverts et fermés. « Même des sex-toys », plaisante-t-il.