Home>Commerce et distribution|>VIDEO. Arrestation de Carlos Ghosn: Bruno Le Maire demande une gouvernance intérimaire pour Renault
Commerce et distribution| Construction economie Emploi Industrie JUSTICE TELEVISION Video

VIDEO. Arrestation de Carlos Ghosn: Bruno Le Maire demande une gouvernance intérimaire pour Renault

AUTOMOBILE Bruno Le Maire considère que le PDG de Renault n’est plus en état de présider l’entreprise, même si le fisc français n’a trouvé aucune preuve de sa culpabilité…

Au lendemain de l’arrestation du PDG de Renault au Japon, l’Etat se veut pragmatique. Le ministre de l’Economie Bruno le Maire a demandé ce mardi une gouvernance intérimaire pour le géant automobile français, jugeant que  Carlos Ghosn n’est plus « en état de diriger le groupe ».

« Il faut une gouvernance intérimaire », a affirmé le ministre sur FranceInfo, au lendemain de l’arrestation du PDG à Tokyo, accusé de malversations par la justice japonaise. « Nous n’allons pas demander le départ formel de Carlos Ghosn au conseil d’administration pour une raison simple : nous n’avons pas de preuve », a souligné le ministre. L’État serait en capacité de le faire car il détient 15% de Renault.

Aucun problème de fiscalité pour Ghosn en France

« Dès que j’ai appris la nouvelle » de sa garde à vue, « nous avons avec [le ministre de l’Action publique] Gérald Darmanin demandé à nos services de vérifier la situation fiscale de Carlos Ghosn en France ». Or « il n’y a rien de particulier à signaler sur la situation fiscale de M. Ghosn en France », a assuré le ministre. Il a toutefois prévenu que si ces faits étaient avérés, « cela serait d’une gravité considérable ».

Bruno Le Maire a précisé qu’il se réunirait « dès ce matin » avec les administrateurs de l’Etat au sein du groupe « pour leur demander de mettre immédiatement une gouvernance intérimaire puisque M. Ghosn est aujourd’hui empêché de diriger l’entreprise ».

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

Le conseil d’administration de Renault doit se réunir mardi « dans la soirée », a confirmé un porte-parole de l’entreprise. Dans le groupe, l’après Ghosn s’organise : le conseil d’administration de Nissan doit également se prononcer jeudi sur le limogeage de son président Carlos Ghosn, et Mitsubishi Motors (MMC) a annoncé une décision similaire.