Home>Art>Thomas coville: “Mon mantra demeure le dépassement de soi”
Art Culture Insolite Logement Medias Nationale Sport Travail

Thomas coville: “Mon mantra demeure le dépassement de soi”

BRETAGNE Le skipper de Sodebo, Thomas Coville, n’est pas qu’un des favoris de la Route du Rhum 2018. Il est avant tout un marin qui pense, doute, et donc vit…

Bretons : Notamment du fait de sa périodicité – tous les quatre ans –, la Route du Rhum fait-elle office de Coupe du monde de la course au large en solitaire ?

Thomas coville : La périodicité confère une importance, mais il s’agit aussi d’une course qui a toujours constitué un rendez-vous technique : les innovations, les validations, ont lieu lors de cette épreuve. C’est lors d’une Route du Rhum que l’on a assisté pour la première fois à la victoire d’un multicoque, Olympus Photo, de Mike Birch, en 1978. Cela avait défrayé la chronique. La Route du Rhum, et au-delà, notre sport tout entier, est un vrai révélateur de notre époque, en termes d’évolutions techniques et humaines.

À quoi pouvez-vous jauger le supplément d’intérêt provoqué par “le Rhum” ?

L’intérêt ne cesse de grandir. Cette course passe d’une génération à une autre, car il s’agit vraiment d’une course très sociétale depuis sa première édition en 1978 : on ne parle même plus d’évolutions mais de révolution. Le bateau de Mike Birch, vainqueur il y a quarante ans, rentre dans ce carré (dit-il en désignant l’un des trampolines de Sodebo, ndlr). Quant à son mât, il n’arrivait même pas à la hauteur de ce premier hauban (dit-il en désignant son propre mât, ndlr). C’est donc très facile de se rendre compte de ce qui a changé. Cette course est comme les enfants qu’on ne voit pas grandir au jour le jour : lorsque vous feuilletez les albums tous les quatre ans, vous prenez conscience des étapes franchies.

 

(…) retrouvez la suite de cet entretien dans le magazine Bretons n°147 de novembre 2018

Bretons 147 - Novembre 2018