Home>Culture>Séminaire gouvernemental: Qui seront les ministres les plus exposés ces prochains mois?
Culture Écoles Politique

Séminaire gouvernemental: Qui seront les ministres les plus exposés ces prochains mois?

Le Premier ministre Edouard Philippe réunit tous les membres du gouvernement ce dimanche pour faire le point sur «ce qui va et sur ce qu’[ils] pourraient faire mieux»…

C’est désormais un rituel : le Premier ministre réunit tout le gouvernement ce dimanche en fin de journée à Paris pour un cinquième « séminaire ». Au menu : un bilan des trois derniers mois, un point sur le calendrier des prochains chantiers de l’exécutif et des échanges sur « ce qui va et sur ce qu’on pourrait faire mieux », dixit Matignon. Ce sera l’occasion pour les ministres de dire s’ils rencontrent des difficultés. 20 Minutes fait le point sur ceux qui seront particulièrement sous pression dans les prochaines semaines, et ceux qui sont un peu sous les radars.

Un point sur « ce qui va et ce qu’on pourrait faire mieux »

La nouveauté pour ce cinquième séminaire, c’est qu’il n’aura pas lieu à Matignon, ni à l’Elysée, comme les précédents, mais dans la prestigieuse école de cuisine Ferrandi. Il y aura un aspect « organisationnel » et le Premier ministre fera « le point avec tous les ministres sur l’agenda collectif, pour coordonner la communication et l’agenda de cha

Alors que le calendrier des réformes est chargé pour les prochains mois, Edouard Philippe souhaite visiblement mieux synchroniser ses troupes. Le gouvernement a de nombreux projets de loi dans les tuyaux et dans ses tiroirs : la réforme de la SNCF, a été présentée en Conseil ministres le 14 mars dernier par Elisabeth Borne, le projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes le sera le 21 mars par Marlène Schiappa. Puis ce sera au tour de Muriel Pénicaud de dévoiler la réforme de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance chômage. D’autres textes doivent être présentés au printemps sur le logement, la justice, la lutte contre la fraude fiscale, la « transformation des entreprises », et bien sûr la révision de la Constitution.

Par ailleurs, Edouard Philippe a ménagé dans cette réunion de trois heures environ un temps de « partage d’expérience » sur l’action gouvernementale, à savoir « ce qui va et ce qu’on pourrait faire mieux ». Edouard Philippe fera « un point spécifique sur l’attention que les ministres doivent porter à l’exécution des réformes sur le terrain une fois que les textes de loi ont été votés », précise à l’AFP l’entourage du Premier ministre.

Réforme du rail, crise à Mayotte et emploi

Sur ce plan, certains ministres seront plus ou moins sollicités. Alors que la réforme de la SNCF est en cours et qu’une grève se profile à la fin du mois de mars, la ministre des Transports Elisabeth Borne aura à faire ses preuves sur ce dossier très délicat et politique. En matière de service après-vente de l’action du gouvernement, la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux devrait poursuivre leur offensive sur l’embellie économique.

Elisabeth Borne et Nathalie Loiseau, deux ministres qui seront très médiatisées ces prochains mois.
Elisabeth Borne et Nathalie Loiseau, deux ministres qui seront très médiatisées ces prochains mois. – VILLARD/SIPA

D’autres ministres sont en difficulté sur certains dossiers, comme Annick Girardin, à l’Outre-mer, alors que la crise à Mayotte se poursuit. La Garde des Sceaux Nicole Belloubet, qui a déjà traversé une crise pénitentiaire en janvier dernier, pourrait à nouveau affronter la colère des syndicats lorsqu’elle présentera le projet de loi de programmation pour la justice.

Enfin, certains membres du gouvernement pourraient sortir de l’ombre. Discrète depuis sa nomination en juin 2017, la ministre chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau a été chargée de plancher sur les « consultations citoyennes » sur l’Union européenne qu’Emmanuel Macron veut organiser avant les élections européennes de 2019, tandis que le parti présidentiel lancera le 24 mars sa « grande marche pour l’Europe ».