Home>Lille>Rugby féminin: Les filles de Villeneuve d’Ascq ouvrent une nouvelle page de leur histoire
Lille Sport

Rugby féminin: Les filles de Villeneuve d’Ascq ouvrent une nouvelle page de leur histoire

RUGBY Nouveaux coachs, effectif fortement rajeuni… L’équipe féminine du LMRCV débute un nouveau cycle après plusieurs années au sommet de l’élite du rugby

Elles s’étaient habituées à figurer dans le dernier carré du championnat. Les rugbywomen du LMRCV ont revu leurs ambitions un peu à la baisse, cette saison. En cause, l’arrêt ou le départ, durant l’été, de nombreuses cadres de l’équipe, en retraite ou vers d’autres cieux.

En outre, le départ, également, des deux coachs, Damien Couvreur et Guillaume Bacharach, a scellé la fin d’une époque, celle des « putains de nanas », comme les filles s’étaient baptisées elles-mêmes. Une époque qui a vu le club de Villeneuve d’Ascq décrocher le titre de champion de France en 2016 et enchaîner quatre finales consécutives avant d’échouer, la saison dernière, en demi-finale.

« Une page qui se tourne »

« C’est une page qui se tourne, concède Laura Di Muzio, capitaine de cette nouvelle équipe villeneuvoise. L’effectif est très rajeuni. L’objectif est que tout le monde se mette au diapason le plus vite possible ». Ce sera le travail du nouveau duo d’entraîneurs : Frédéric Cocqu et Cyril Fouda.

Le Belge et l’Arrageois savent qu’ils vont devoir reconstruire avec la jeunesse. « L’expérience risque de nous faire défaut en ce début de saison, mais toutes ces jeunes joueuses sont pleines de fougue, glisse Laura Di Muzio. Ce sont de belles petites machines qui sont capables d’intégrer le rythme du haut niveau. »

Premier match, première défaite

Mais qui dit nouveaux entraîneurs, dit nouvelle vision du jeu. « La stratégie collective est plus élaborée. On nous demande un effort supplémentaire sur la vision tactique. C’est vraiment un nouveau cycle qui commence », avoue la capitaine du LMRCV.

Le premier test a eu lieu, dimanche, face à Bayonne. Avec neuf joueuses qui découvraient l’élite, le LMRCV a été défait (19-27) à domicile. « Mais l’état d’esprit était là. Personne n’a rien lâché, note Laura Di Muzio. Ce sera encore notre point fort : défendre et récupérer les ballons »

Une chose est sûre, contrairement aux années précédentes, la qualification pour les phases finales sera beaucoup plus difficile à décrocher dans ce championnat, lui aussi renouvelé en deux poules de 8 équipes. Seule bonne nouvelle, les Villeneuvoises évitent, dans leur groupe, l’ogre Montpelliérain, cinq fois champion de France lors des six dernières saisons.