Home>Elections>REFERENDUM Les électeurs se sont rendus massivement aux urnes ce dimanche pour exprimer leur choix sur l’indépendance du Caillou…
Elections Politique Social SOCIÉTÉ Video

REFERENDUM Les électeurs se sont rendus massivement aux urnes ce dimanche pour exprimer leur choix sur l’indépendance du Caillou…

REFERENDUM Les électeurs se sont rendus massivement aux urnes ce dimanche pour exprimer leur choix sur l’indépendance du Caillou…

La France ou la Kanaky ? Les Calédoniens ont tranché en faveur du non à l’indépendance selon des résultats partiels, au terme d’un référendum historique

 

Selon des résultats partiels portants sur 128.618 bulletins dépouillés sur un total de près de 175.000 électeurs, le non à l’indépendance l’emporte avec 59,68 % des voix contre 40,32 % pour le oui, a indiqué le Haut-Commissariat. La participation a été massive, avec environ 80 % de votants.

La chaîne Nouvelle-Calédonie la 1ère avait annoncé un peu plus tôt 59,5 % des voix pour le maintien dans la République, selon des résultats partiels portant sur 70 % des bulletins dépouillés.

Participation massive

Les électeurs se sont rendus massivement aux urnes ce dimanche pour exprimer leur choix sur l’indépendance du Caillou, petit territoire stratégique dans le Pacifique, marquant leur intérêt pour un référendum historique avant même que les résultats ne tombent.

Les sondages prédisaient une large victoire du non, dans une fourchette de 63 à 75 %. Des résultats encore à venir du grand Nouméa pourraient faire remonter le score loyaliste pour le non.

Les 284 bureaux de vote avaient ouvert à 8h00 (22h00 à Paris). Près de 175.000 électeurs de cet archipel français, colonisé en 1853 et disposant d’importantes réserves de nickel, ont donc refusé « que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ».

Plusieurs voitures ont été brûlées et deux « faits de caillassages » ont été signalés dimanche soir, en marge du dépouillement du scrutin, a-t-on appris auprès du Haut-commissariat. Les principaux responsables politiques avaient souligné en amont du scrutin qu’une victoire du non pouvait inciter une partie de la jeunesse kanak, marginalisée, à des débordements.