Home>environnement>Le premier magistrat a rendu public le nom et l’adresse de deux de ses administrés qu’il accuse de dépôt sauvage d’ordures…
environnement Faits Divers Lille Nationale Santé SOCIÉTÉ

Le premier magistrat a rendu public le nom et l’adresse de deux de ses administrés qu’il accuse de dépôt sauvage d’ordures…

Le premier magistrat a rendu public le nom et l’adresse de deux de ses administrés qu’il accuse de dépôt sauvage d’ordures…

ean-Philippe Vichard est le premier magistrat (sans étiquette) de Breuil-le-Vert, dans le département de l’Oise (Hauts-de-France). Excédé par les dépôts d’ordures illicites rarement sanctionnés, il a décidé de prendre le taureau par les cornes.

Il vient de publier sur les réseaux sociaux, l’identité de deux de ses administrés pollueurs présumés, rapporte ce jeudi Le Parisien.

Photo published for Le maire de Breuil-le-Vert dévoile le nom des pollueurs sur Facebook -

Le maire de Breuil-le-Vert dévoile le nom des pollueurs sur Facebook –

Lassé des dépôts sauvages d’ordures dans sa commune et « désabusé par le manque de sanctions », Jean-Philippe Vichard (SE) « assume totalement » cette méthode coup de poing.

Enlèvement aux frais de la commune

Le tas d’immondices a été découvert par des habitants, à proximité du collège Jacques-Yves Cousteau. Jean-Philippe Vichard s’est alors rendu sur place et a commencé l’enquête, aidé par les personnels des services techniques. Ils ont fouillé le tas de déchets à la recherche d’indices et n’ont pas tardé à trouver ce qu’ils cherchaient.

« Ils ne sont pas très intelligents en plus. Ils avaient laissé des factures. Et ils ont fait ça juste en face de chez eux », se félicite l’élu. Les déchets ont dû être enlevés sans attendre « aux frais de la commune » car, ajoute le maire, « c’est un lieu où passent plus de 700 personnes par jour. »

« J’agirai dorénavant de la même façon »

C’est dans la foulée qu’il a décidé de dénoncer ses indélicats administrés par Facebook interposé. « S’ils ne sont pas contents, qu’ils m’attaquent. J’ai porté plainte contre eux. Ils peuvent faire de même, je ne suis pas inquiet. A chaque fois que j’identifierai des coupables, j’agirai dorénavant de la même façon. J’espère que cela fera réfléchir les éventuels futurs pollueurs », prévient-il.

Une mesure certes un peu vive mais validée par certains habitants de Breuil-le-Vert. « On a une déchetterie performante à 10 minutes en voiture. Ces malotrus ne récoltent que ce qu’ils ont semé », réagit l’un d’eux.

Des habitants partagés

D’autres sont cependant plus mesurés : « Même si je ne cautionne absolument pas les agissements des pollueurs, on ne peut pas jeter en pâture des noms, surtout quand on sait les proportions que cela peut prendre sur les réseaux sociaux. Je pense qu’il y a des façons plus responsables d’agir quand on est un élu », estime une mère de famille du village au Parisien.

Quant au couple mis en cause, une de leurs voisines raconte qu’ils auraient déposé ces encombrants près du collège avant leur déménagement car leur propriétaire ne voulait pas qu’ils les laissent devant le domicile.