Home>animaux>Pas-de-Calais : Un montreur d’ours pris à parti par les défenseurs des animaux
animaux Divertissement Dossiers SÉCURITÉ Video

Pas-de-Calais : Un montreur d’ours pris à parti par les défenseurs des animaux

ANIMAUX Les défenseurs des animaux s’insurgent de la présence d’un spectacle exhibant un ours lors d’une fête de village


Retour au Moyen-Âge. Qui eut cru que l’on pouvait tomber sur un ours dans le Pas-de-Calais ? Personne, et c’est bien normal, les Hauts-de-France n’étant pas une région connue pour héberger des plantigrades. Et pourtant, dimanche, les habitants de Racquinghem, près de Saint-Omer, ont bel et bien vu un mammifère de cette espèce en plein milieu de la commune. La mairie avait en effet convié un montreur d’ours pour y donner un spectacle lors de la fête du village. Sauf que les défenseurs des animaux ne voient pas d’un bon œil cette exhibition moyenâgeuse.

Dimanche, Alexandre Poliakov, montreur d’ours originaire du Loir-et-Cher, s’est produit avec son plantigrade vedette, Micha, lors de la fête de Racquinghem. Il est l’une des cinq dernières personnes en France à proposer ce genre de spectacle, largement décrié par l’association de protection de la nature et des espèces menacées, Aves France : « Nous connaissons bien et suivons ce monsieur qui possède trois ours en tout », assure Christophe Coret, président de l’association.

« Les montreurs d’ours, eux, viennent à la demande des mairies »

Aves souligne que Micha n’est pas un animal en bonne santé : « Il n’use pas ses griffes du coup, elles ont tendance à rentrer dans la patte et à occasionner des blessures et des infections », assure l’association. Selon Christophe Coret, mi-2019, les services vétérinaires de la DDPP du Loir-et-Cher ont mis en demeure le dresseur d’effectuer les soins nécessaires avant de pouvoir continuer à produire Micha en public.

Spectacle de montreur d'ours à Racquinghem.
Spectacle de montreur d’ours à Racquinghem. – S.Lefebvre / AVES France

En bonne santé ou pas, pour Aves, la place d’un ours n’est ni dans un zoo, ni dans des fêtes municipales. Un postulat auquel semblent adhérer beaucoup de gens au vu du nombre de pétitions​ et des dizaines de milliers de signatures recueillies. Sauf que légalement, les montreurs d’ours peuvent exercer librement. « Les municipalités peuvent prendre des arrêtés contre les cirques avec des animaux sauvages et refuser qu’ils s’installent sur leur territoire. Mais les montreurs d’ours, eux, viennent à la demande des mairies », regrette Christophe Coret.

Une proposition de loi déposée en mai 2019

Si le gouvernement y mettait du sien, les choses pourraient aller très vite assure-t-on chez Aves : « Il ne reste que huit ours aux mains de dresseurs en France. Pour tous, nous avons déjà des places dans des sanctuaires adaptés », assure Christophe Coret. Il existe d’ailleurs une proposition de loi, déposée à l’Assemblée nationale en mai dernier par la députée (LR) Bérangère Poletti, visant à « l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups ». En revanche, aucune date n’a été fixée pour un examen de cette proposition.

One Voice@onevoiceanimal

Les pattes de Micha sont à vif, infestées d’asticots, il respire très péniblement et, dans sa cellule, chaque mouvement semble un effort incommensurable. @Min_Ecologie, @Elisabeth_Borne @brunepoirson, on attend quoi pour sauver ce vieil ours? #CirquesSansAnimaux1 28022:34 – 8 sept. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité2 068 personnes parlent à ce sujet

En vain, 20 Minutes a tenté de joindre la mairie de Racquinghem. L’adjointe en charge de cette question n’a jamais répondu à nos sollicitations. Idem du côté de la préfecture du Loir-et-Cher et des services vétérinaires locaux. Même silence du côté ministère de la Transition écologique et solidaire. Nous n’avons enfin trouvé aucun moyen de contacter le propriétaire de l’ours Micha.