Home>Elections>Paris: L’adjoint d’Anne Hidalgo chargé de la propreté démissionne
Elections Politique WEB

Paris: L’adjoint d’Anne Hidalgo chargé de la propreté démissionne

DEPART Mao Péninou quitte la mairie de Paris car il est « candidat à la candidature aux élections européennes sur la liste LREM »…

On ne parlera pas d’un coup de balai. Mais l’adjoint d’Anne Hidalgo chargé de la propreté quitte ses fonctions. Ce départ est une démission car Mao Péninou a décidé d’être « candidat à la candidature aux élections européennes sur la liste LREM ». Il l’a annoncé sur Facebook et Twitter. Il avait dès 2017 apporté son soutien au candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, et adhéré à La République en marche.

Cette démission survient près de deux mois après celle, plus fracassante, du premier adjoint de la maire de Paris Bruno Julliard. Pour le remplacer, la maire de Paris proposera lors du prochain Conseil de Paris (mi-novembre) Paul Simondon, professeur agrégé de mathématiques et conseiller de Paris élu du 10e arrondissement, précise un communiqué de la Ville de Paris.

« Bonne route dans ses nouveaux engagements »

Il « conservera son mandat de conseiller de Paris au sein de la majorité municipale, en adhérant au groupe Démocrates et progressistes », a-t-on fait savoir dans l’entourage de la mairie, confirmant une information du Parisien. Via un communiqué de moins de cinq lignes, le groupe s’est réjouit de cette arrivée : « Il nous apportera son expérience d’élu, sa connaissance fine des dossiers parisiens et son sens politique reconnu. »

Dans un communiqué transmis lundi à la mi-journée, la maire socialiste de Paris a salué le travail de son adjoint : « Nous avons porté de nombreuses mesures pour moderniser et améliorer la propreté de Paris », a-t-elle souligné. L’édile de Paris a par ailleurs souhaité « bonne route dans ses nouveaux engagements » à son « ami de longue date ».

La Ville de Paris a dû faire face à de nombreuses polémiques ces derniers mois dans le domaine de la propreté, de la mise en place de pissotières dans les quartiers huppés et touristiques de l’hypercentre de la capitale, à la résurgence de rats.