Home>Faits Divers>Une octogénaire agressée alors qu’elle se recueillait sur la tombe de son mari
Faits Divers Police SÉCURITÉ Social SOCIÉTÉ

Une octogénaire agressée alors qu’elle se recueillait sur la tombe de son mari

L’octogénaire a écopé de 90 jours d’interruption totale de travail. Son agresseur, jugé en comparution immédiate ce jeudi, a été condamné à 18 mois de prison dont 9 mois ferme…

Une peine exemplaire pour une agression particulièrement violente. Jeudi soir, le tribunal correctionnel de Meaux a condamné à 18 mois de prison, dont 9 mois ferme, un jeune homme de 18 ans accusé d’avoir agressé une octogénaire au sein même ducimetière de Meaux, en Seine-et-Marne. La victime, qui a eu le col du fémur fracturé, s’était vue prescrire 90 jours d’ITT*. Une évaluation qui pourrait être revue à la hausse en fonction des suites opératoires.

Les faits remontent au 8 août. La victime, âgée de 81 ans, se recueillait sur la tombe de son mari, décédé une dizaine de jours auparavant, lorsqu’un jeune homme l’a bousculée pour lui dérober son sac. « Il s’agit d’un vol à l’arraché classique. Le suspect ne l’a pas frappée mais le vol l’a déséquilibrée et l’a fait tomber au sol », précise Hugo Kral, commissaire central adjoint de Meaux, qui a supervisé l’enquête. Le sac, qui ne contenait aucun élément de valeur ni même de numéraire, est retrouvé l’après-midi même dans le jardin d’une maison aux alentours.

Le suspect identifié grâce à la vidéosurveillance

Le cimetière de Meaux n’est pas équipé de caméras de vidéosurveillance, mais en retraçant le parcours de la victime, les enquêteurs se rendent compte qu’elle a été suivie sur près d’un kilomètre sur le chemin la menant au cimetière. Le même homme est à nouveau repéré sortant en courant du cimetière. Les comparaisons permettent d’identifier un suspect, tout juste majeur et bien connu des services de police pour des faits de vols, violences ou recel.

Le jeune homme, qui a été reconnu sur les images par la victime, a été interpellé au domicile de ses parents, chez qui il réside, mardi 29 août. Il a reconnu les faits lors de sa garde à vue. « Il a expliqué qu’il s’en était pris à une personne âgée car il pensait qu’elle aurait plus d’argent sur elle », précise le commissaire Hugo Kral. La victime, actuellement en centre de rééducation, ne pourra pas regagner sa maison de retraite avant de longues semaines.

 

* Contrairement à ce que son nom indique, l’interruption totale de travail (ITT) ne s’applique pas uniquement au monde professionnel. Cette notion sert à qualifier pénalement les faits en fonction de la durée pendant laquelle une victime éprouve une difficulté à réaliser les actes du quotidien.