Home>Art>Nord: Il reconstitue dans son salon un sound system inspiré de David Mancuso
Art Culture Divertissement Musique Nationale

Nord: Il reconstitue dans son salon un sound system inspiré de David Mancuso

INSOLITE Fan absolu du mythique DJ américain, un Nordiste a bâti une sonorisation à faire pâlir d’envie les plus grands clubs…

Il donne tout pour la musique. Sébastien est un habitant de la métropole Lilloise âgé de 42 ans. Passionné de vinyles depuis les années 1990, il les collectionne au point d’en posséder environ 10.000. Et pour passer ses disques, Sébastien ne se contente pas d’une simple platine. Une grande partie du salon de son loft ressemble davantage à une discothèque équipée d’un matos de folie.

« Toute ma jeunesse, je la passais en Belgique. A 20 ans, je mixais dans les clubs. J’y ai connu les débuts de la musique électronique », se souvient Sébastien. « Aujourd’hui, en vieillissant, je m’y retrouve moins. A Lille par exemple, il n’y a pas de club à proprement parler. Quand on veut se faire une sortie, on va à Amsterdam, à Londres ou à Paris », constate-t-il.

Inspiré par l’icône, David Mancuso

Un temps, Sébastien a tenu un bar à Dunkerque, sa ville natale : « J’ai aussi fait trois festivals là-bas, mais c’est beaucoup de temps, de contraintes. Maintenant, j’ai une famille ». Alors, quand il a emménagé près de Lille, il s’est bâti son propre club, « a l’image de la culture des sound system que j’ai connus à New York ».

Sébastien possède une collection de près de 10.000 vinyles.
Sébastien possède une collection de près de 10.000 vinyles. – S.D.

« Mon sound system est inspiré de David Mancuso, un DJ qui a commencé à faire des soirées en mettant tout simplement de la musique chez lui dans les années 1970. Il a influencé beaucoup de personnes, qui sont devenues de grands DJ », explique Sébastien. Les aficionados ne pourront qu’apprécier, entre autres, les trois pairesd’enceintes Klipschorn et les caissons de basse Bertha Levan. « Je les ai fait venir d’Hawaï, ils étaient dans le club que tenait DJ Harvey à Honolulu », précise-t-il.

Pour aller avec la sono, Sébastien a aussi installé un dance-floor, pour des soirées entre amis et avec les amis des amis. « Ça se passe bien avec les voisins. Le but n’est pas de mettre la musique trop fort mais de profiter de la qualité du son », assure-t-il. Désormais rangé de son ancienne vie de DJ, le Nordiste a quand même un projet qui lui trotte dans la tête : « J’aimerais trouver un corps de ferme, assez grand pour y avoir un espace consacré à la musique avec une bonne acoustique », reconnait-il. Un « petit club privé » à la campagne avec un son d’enfer.