Home>Insolite>Nord: Quinze ans de prison pour l’ado qui avait tué une femme choisie au hasard
Insolite JUSTICE Lille Nationale Social SOCIÉTÉ

Nord: Quinze ans de prison pour l’ado qui avait tué une femme choisie au hasard

JUSTICE Le tribunal pour enfants de Cambrai a condamné à 15 ans de réclusion criminelle un adolescent coupable de l’assassinat d’une femme, « pour voir ce que ça faisait »

Il avait expliqué aux enquêteurs avoir tué pour voir ce que ça faisait. Un adolescent, âgé de 15 ans au moment des faits, a été condamné, ce jeudi, à 15 ans de réclusion criminelle et de 15 ans de suivi socio-judiciaire par le tribunal pour enfants de Cambrai, dans le Nord, après un procès qui a duré deux jours.

Corentin avait assassiné Ginette Alvarez, le 19 octobre 2017. La mère de famille de 57 ans avait été poignardée à l’abdomen sur un chemin de Beauvois-en-Cambrésis, près de Cambrai, où elle se baladait de temps à autre. Il avait choisi sa victime au hasard. Son cynisme allant jusqu’à calculer que son acte lui vaudrait une peine moindre parce qu’il était mineur.

Un profil borderline

Lors du procès qui s’est tenu à huis clos, la personnalité du jeune garçon, collégien à Caudry, a été décortiquée. « Il a un profil borderline. Il avait planifié d’autres meurtres. Les experts s’accordent à dire qu’il présentait des risques énormes de récidive. Ça fait froid dans le dos », souligne Me Charles-Emmanuel Herbière, avocat des enfants de la victime.

L’adolescent avait été interpellé et incarcéré presque six mois plus tard après avoir révélé, dans son établissement scolaire, avoir commis un meurtre. Alertés par l’établissement, les gendarmes l’avaient arrêté.

Accro aux jeux vidéos et aux images violentes

Il avait déclaré « être parti de chez lui avec l’intention de tuer quelqu’un, sous le coup de la colère, et pour voir ce que cela faisait, avait rapporté, à l’époque, le procureur de Douai, Frédéric Teillet. Il n’y avait aucun motif clair et net, il ne connaissait pas cette personne, il ne lui en voulait pas, il n’en voulait pas à son argent. »

« Un crime gratuit », comme l’a qualifié l’avocate générale dans son réquisitoire. « Il a connu une vie de famille chaotique avec le départ du foyer conjugal de sa mère lorsqu’il avait 9 ans. Compte tenu de ses carences éducatives et affectives, il s’est construit sur du vide », explique l’avocate du condamné, Me Sandrine Bleux-Laborie.

Sans ami, son seul interlocuteur était internet. « Il avait un accès illimité à des images violentes qu’il n’aurait jamais dû voir à son âge », poursuit Sandrine Bleux-Laborie qui assure n’avoir jamais retrouvé ce type de meurtre dans les archives judiciaires : un ado qui tue volontairement quelqu’un qu’il ne connaît pas.