Home>Lille>Nord: Pour les Nordistes, aller travailler en Belgique paye moins
Lille Monde TRANSPORT

Nord: Pour les Nordistes, aller travailler en Belgique paye moins

EMPLOI Une étude de l’Insee montre que de moins en moins de résidents français travaillent en Belgique et que de plus en plus de résidents belges ont un emploi dans le Nord

Le Nord commence à attirer les résidents belges. L’Insee dévoile, ce vendredi, une enquête sur les travailleurs frontaliers. Fin 2017, ils étaient 23.700 salariés résidant dans les Hauts-de-France, essentiellement dans le Nord, à avoir un emploi en Belgique.

« Des conditions fiscales moins favorables, rendent aujourd’hui la Belgique moins attractive que par le passé », constate l’Insee. Ainsi, entre 2013 et 2017, le nombre de travailleurs frontaliers de la région a diminué de 10,5 %. Dans le même temps, il a augmenté dans le sens inverse (+14,2 %) : ils sont 10.000 à résider en Belgique et à travailler dans le Nord.

Surtout des hommes et des ouvriers

La majorité des travailleurs transfrontaliers sont des hommes (71 %) et « plus de la moitié ont un profil d’ouvrier, notamment qualifié dans l’industrie manufacturière », note l’Insee. Ces ouvriers se retrouvent très souvent à proximité des sites industriels de la Flandre non francophone. Près de la Wallonie, les frontaliers sont plutôt de jeunes cadres exerçant dans le domaine de la santé ou du commerce.

Sans grande surprise, ce sont les arrondissements francophones de Mouscron, Tournai et Mons qui attirent la majorité des frontaliers. « La zone d’emploi de Maubeuge est celle où la proportion de salariés frontaliers est la plus élevée avec 7,7 % », note l’Insee