Home>economie>Non, Benjamin Griveaux n’a pas lié la légitimité d’un chef de l’Etat au soutien de la population
economie Elections Emploi Faits Divers Politique

Non, Benjamin Griveaux n’a pas lié la légitimité d’un chef de l’Etat au soutien de la population

FAKE OFF Contrairement à ce que lui fait dire une citation parodique, le porte-parole du gouvernement n’a pas déclaré qu’un dirigeant n’est plus légitime à diriger un pays lorsqu’il n’est plus soutenu par une partie de la population

Après avoir reconnu, par l’intermédiaire d’Emmanuel Macron, Juan Guaido comme « président en charge » du Venezuela – alors que son président en exercice, Nicolas Maduro, refuse d’organiser des élections pour sortir de la crise, la France a-t-elle estimé que l’opposition de la population vénézuélienne à la politique de Nicolas Maduro le rendait illégitime ?

C’est ce que laisse penser une phrase attribuée au porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, et particulièrement partagée sur Facebook : « Je déplore le refus de M. Maduro d’organiser des élections anticipées (…) lorsque presque 50 % de la population ne soutient plus votre politique, vous n’êtes, à mon sens, plus légitime à diriger votre pays. »

Sans surprise, elle suscite de nombreuses réactions indignées chez des internautes prompts à dresser une comparaison avec la situation sociale française : « Qui entraîne des réponses assez virulentes au premier degré, telles que : « Si on applique cette règle chez nous, Macron gicle en 10 mn. Et ça serait bien pour le respect dû au peuple qui lui ne supporte plus du tout votre manière de faire et votre arrogance », « Est ce que cette magnifique réflexion s’applique aussi à la France ? »…

Il s’agit pourtant d’une citation inventée de toutes pièces par le compte Twitter parodique Journal de l’Elysée.

FAKE OFF

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

Le Journal de l’Elysée ᵖᵃʳᵒᵈᶦᵉ@JournalElysee

🔴

Situation au #Venezuela : @BGriveaux

« Je déplore le refus de M.Maduro d’organiser des élections anticipées (…) lorsque presque 50% de la population ne soutient plus votre politique vous n’êtes, à mon sens, plus légitime à diriger votre pays. »97811:22 – 4 févr. 2019626 personnes parlent à ce sujetInformations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Coutumier du fait, le compte parodique a en effet publié ces propos fictifs le 4 février, accompagnés d’une capture d’écran de Benjamin Griveaux lors d’une interview réalisée début décembre 2018 sur Radio Classique.

Le tweet humoristique, sorti de son contexte depuis sa publication initiale, fait écho à la frustration exprimée dans plusieurs groupes de « gilets jaunes », qui dénoncent, par le biais d’un montage très partagé, l’attitude « hostile » du chef de l’État vis-à-vis du mouvement, par opposition à son soutien affiché aux manifestants vénézuéliens.

Reste que Benjamin Griveaux – par ailleurs en lice pourle prix Humour et Politique de 2019 – n’aurait évidemment aucun intérêt à tenir de tels propos, sinon à encourager les critiques des électeurs, alors même que 64 % des Français soutiennent encore le mouvement des « gilets jaunes ».

Vidéo intégrée

Benjamin Griveaux@BGriveaux

😂

Oui, il faut un peu d’autodérision en politique !
Amusé d’être sélectionné pour le « Prix @PressClubFrance, Humour et Politique 2018-2019». #Europe118211:57 – 8 févr. 2019 · Paris, France93 personnes parlent à ce sujet