Home>Nationale>Nantes: Les tarifs de la Semitan ont (encore) grimpé ce lundi
Nationale TRANSPORT

Nantes: Les tarifs de la Semitan ont (encore) grimpé ce lundi

TRANSPORTS Presque tous les titres de la TAN sont plus chers depuis le 1er juillet…

Pas de trêve avant les élections municipales. Comme tous les ans, le 1er juillet est synonyme d’augmentation tarifaire sur le réseau Semitan. Presque tous les titres ont en effet augmenté (+1,4 % en moyenne) ce lundi. Le carnet de 10 tickets, dont le prix avait déjà grimpé de 40 centimes l’an passé, passe de 15,30 euros à 15,60 euros. Le billet mensuel passe de 68 à 69 euros, la formule illimitée de 607 à 616 euros, la formule illimitée moins de 26 ans de 278 à 280 euros. Seuls les tarifs du ticket unité, le ticket samedi et la navette aéroport ne bougent pas.

La répétition des hausses tarifaire provoque un mécontentement grandissant chez les usagers. Cette nouvelle annonce est justifiée par le « développement de l’offre kilométrique à la rentrée 2019 » et par la volonté de « stabiliser la part supportée par les usagers et par les contribuables dans le financement du réseau de transports collectifs », explique Nantes métropole. Le service de transport est financé à 60 % par la métropole (donc par les impôts des contribuables) et à 40 % par les recettes provenant des utilisateurs de la Tan.

Une importante baisse dans un an?

La situation pourrait toutefois évoluer à l’avenir. L’actuelle maire de Nantes et présidente de Nantes métropole a en effet annoncé la gratuité du réseau TAN le week-end et une baisse tarifaire globale de 20 % si elle était réélue en 2020. Une promesse qui fait bondir les élus de l’opposition de la droite et du centre, lesquels réclament depuis plusieurs années une stabilité des tarifs. « On nous disait, année après année, que la hausse tarifaire était le seul moyen de défendre la politique d’investissement du réseau. On nous disait que la règle des 60-40 était une règle d’or », s’étonne Julien Bainvel (LR), conseiller municipal nantais. « Ces questions sont complexes et ne peuvent pas se régler par des annonces symboliques », a également taclé Julie Laernoes (EELV), vice-présidente de Nantes métropole.

Johanna Rolland s’est justifiée au cours du conseil métropolitain​, vendredi. « Oui, le monde a changé. Oui, nous devons évoluer. C’est une inflexion profonde que j’assume. Mais cette proposition doit être versée au temps du débat démocratique. Je considère que la campagne électorale est faite pour ça. »

La fréquentation du réseau TAN augmente chaque année, à un rythme comparable à celle de la croissance démographique.