Home>Dossiers>Municipales 2020 à Wasquehal : Taguer les affiches des concurrents « fait partie du jeu » estime la maire
Dossiers Lille Politique

Municipales 2020 à Wasquehal : Taguer les affiches des concurrents « fait partie du jeu » estime la maire

POLITIQUE L’élue a été filmée près de militants de sa majorité qui taguaient les affiches de campagne de l’opposition

Tous les coups sont-ils permis ? A Wasquehal, près de Lille, la campagne pour les élections municipales de 2020 a commencé sur les chapeaux de roues. En lice, notamment, la maire sortante, Stéphanie Ducret, ex-UDI, et la liste D’abord Wasquehal, composée en partie d’élus de l’opposition. Jusqu’ici tout va bien. Pas vraiment en fait, plusieurs vidéos montrent que l’ambiance est, comment dire, tendue.

Dans une campagne électorale, il faut non seulement occuper le terrain, mais aussi occuper les panneaux d’expression publics en y apposant les affiches de son candidat. Et comme le nombre de panneaux n’est pas extensible à l’infini, il arrive souvent que les affiches des uns soient recouvertes par celles des autres. Ou arrachées. Et on recolle au-dessus et ainsi de suite.

« C’est le jeu du collage, pas du vandalisme »

C’est une tâche un peu ingrate, souvent nocturne, généralement dévolue aux militants. Mais, il y a quelques jours, ce sont des militants de la majorité un peu particuliers qui ont été filmés en train de dégrader les affiches de la concurrence comme l’a dénoncé le blog (anonyme) Waskalibre. Sur une première vidéo, on voit un homme, bombe de peinture noire en main, taguer les affiches de D’abord Wasquehal. Surpris lors de son méfait, il monte dans une voiture conduite par une adjointe à la maire de la commune. Et il se trouve que madame la maire est elle aussi présente au même moment, au volant de sa propre voiture.

Stéphanie Ducret et son adjointe sont toutes deux reconnaissables sur les vidéos. Contactée par 20 Minutes, la maire ne nie d’ailleurs pas sa présence mais réfute son implication dans l’opération de taguage : « J’ai été appelée par des militants parce que ça chauffait dans un des secteurs et je me suis donc rendue sur place pour voir ce qu’il se passait », assure Stéphanie Ducret.

Sur le fait qu’une adjointe au maire véhicule l’homme qui tague les affiches de la concurrence, la maire a aussi la parade : « En période de collage, on colle, on décolle, on arrache et on met un peu de bombe. C’est le jeu du collage, ce n’est pas du vandalisme », affirme l’élue. Un jeu que l’opposition ne trouve pas franchement amusant.PARIS