Home>Commerce et distribution|>Lille: Un stock de médicaments à base de plasma détruit par la grosse panne d’électricité d’octobre
Commerce et distribution| Insolite Lille Logement Santé Social SOCIÉTÉ

Lille: Un stock de médicaments à base de plasma détruit par la grosse panne d’électricité d’octobre

SANTE Le laboratoire pharmaceutique lillois LFB Biomédicaments a annoncé que la panne d’électricité qui a touché la ville, le 9 octobre, a rendu inutilisables des lots de médicaments dérivés de plasma…

La panne d’électricité avait paralysé une partie de Lille pendant plus d’une demi-heure. La coupure générale du 9 octobre a aussi eu des répercussions sur la fabrication de médicaments destinés aux hémophiles, a-t-on appris, samedi.

La chaîne de production a été interrompue sur le site de production du laboratoire pharmaceutique LFB Biomédicaments à Lille, rendant inutilisables des lots de médicaments dérivés de plasma, selon une information publiée par France Info. Le groupe électrogène n’était pas parvenu à prendre le relais.

« Nous ne sommes pas dans une situation de crise »

Toutefois, « nous ne sommes pas dans une situation de crise où tout d’un coup les gens vont se retrouver sans aucune solution », a assuré à l’AFP le directeur de l’Association française des hémophiles.

Néanmoins « des situations de tensions et de ruptures existent sur certains de nos médicaments, pour chaque situation, une solution est trouvée conjointement avec l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) », a garanti une porte-parole du groupe biotechnologique public LFB, interrogée par l’AFP.

Par ailleurs, le groupe biotechnologique « détient seulement 10 % des parts de marché dans les médicaments pour l’hémophilie de type A concernée par cette situation », a précisé la directrice de communication de LFB.

Difficultés d’approvisionnement

Cette révélation intervient après un communiqué publié, mercredi, par sur son site, informant de difficultés d’approvisionnement de sept médicaments dérivés du sang.

A fin décembre 2017, environ 15.000 personnes avec une maladie hémorragique rare et plus de 7.000 personnes atteintes d’hémophilie étaient recensées en France par le réseau FranceCoag coordonné par l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille.