Home>Lille>Lille : Les panneaux de pub ne sont pas près de disparaître des rues de la métropole
Lille Nationale Social SOCIÉTÉ urbanisme

Lille : Les panneaux de pub ne sont pas près de disparaître des rues de la métropole

POLLUTION VISUELLE La métropole européenne de Lille (MEL) a adopté un règlement local de publicité intercommunal assez peu restrictif


« Manque d’ambition ». Lors de son dernier conseil, le 12 décembre dernier, la métropole européenne de Lille (MEL) a (enfin) adopté son règlement local de publicité intercommunal (RLPI). Le texte, long et complexe, vise à organiser l’affichage publicitaire dans les 85 communes métropolitaines, notamment pour éviter la prolifération des panneaux et autres écrans numériques pour limiter la «  pollution visuelle ». Mais est-ce que cela va vraiment changer quoi que ce soit ?

De l’aveu même des élus que 20 Minutes a interrogés, le texte du RLPI est de nature à donner des maux de tête. Le territoire est divisé en zones dans lesquelles la tolérance face à l’affichage publicitaire n’est pas la même. Il y a aussi des différences à l’intérieur d’une zone selon le type de panneau… « Ce règlement manque d’ambition même s’il est toujours mieux que le règlement national. Le problème, c’est que les restrictions sont truffées de mesures dérogatoires », déplore Lise Daleux, élue EELV à la ville de Lille et à la MEL.

La crainte de longues procédures judiciaires

« C’est vrai que nous aurions aimé qu’il soit plus restrictif, acquiesce Jacques Richir, adjoint au maire de Lille en charge de la qualité du cadre de vie. Mais il aura tout de même fallu deux ans de concertation pour se mettre d’accord sur un texte. » Pour Lise Daleux aussi, c’est le consensus pour arriver à un résultat qui a accouché d’un règlement tiède : « Si tous les élus avaient voulu d’un RLPI plus contraignant, nous l’aurions eu », glisse l’écologiste.

Résistance à l’Agression Publicitaire – Lille@RAP_Lille

PUBOCRATIE – Aujourd’hui, @MEL_Lille le conseil a démontré son impuissance face aux lobbys publicitaires et @KeolisLille, leur complice à qui la @MEL_Lille a fait l’erreur de confier nos transports publics sans restriction.814:54 – 12 déc. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialitéVoir les autres Tweets de Résistance à l’Agression Publicitaire – Lille

La ville de Lille a son propre règlement de publicité, mis en œuvre en 2015 après une longue bataille judiciaire avec le « lobby des annonceurs », selon Jacques Richir. Et comme les élus ne souhaitaient pas que le nouveau règlement termine devant les tribunaux, ils ont ménagé la chèvre et le chou. « On pouvait espérer un texte intransigeant, sauf que celui adopté a pour principale ambition de ne pas être attaqué sur le plan judiciaire », souligne le mouvement Résistance à l’agression publicitaire (RAP).

La question des écrans numériques

Le point sensible, ce sont les panneaux numériques. Là-dessus, c’est la nouvelle concession de service public pour la pub dans les transports métropolitains qui a mis le feu aux poudres. Les prestataires choisis par Ilévia, JC Decaux et Métrobus, ont fait savoir leur intention d’installer 160 panneaux numériques supplémentaires sur le réseau. Et le RLPI n’y pourra rien puisqu’il n’entrera en vigueur que trois mois après le début du contrat.

« Il y a un vrai paradoxe, estime Lisa Daleux. D’un côté on demande de consommer moins pour préserver la planète et de l’autre, on continue de faire de la publicité pour consommer davantage. Les maires doivent prendre leurs responsabilités. » « Il faut savoir doser entre interdiction et autorisation, d’autant que chaque refus doit être argumenté », rétorque Jacques Richir.