Home>Commerce et distribution|>Lille : « Je ne compte aucune femme parmi mes collègues»… Le parcours atypique d’une cheffe d’entreprise de transport
Commerce et distribution| Dossiers Lille TRANSPORT

Lille : « Je ne compte aucune femme parmi mes collègues»… Le parcours atypique d’une cheffe d’entreprise de transport

PORTRAIT Lalla Beernaert, une des rares femmes à diriger une entreprise de transport, doit faire face à un quotidien difficile avec le mouvement de grève


« C’est la pire journée depuis le début du mouvement ». Pour Lalla Beernaert, PDG d’une société de transport express dans le Nord, la grève a de fortes conséquences sur son activité. Mais cette cheffe d’entreprise au parcours atypique gère la situation avec philosophie. « On fait un très bon chiffre d’affaires en décembre avec la livraison des cadeaux de Noël, alors on essaie de faire au mieux ».

Voilà quatre ans que cette jeune femme, native du Maroc, a fondé Distr Express à Tourcoing, presque par hasard. Elle est l’une des rares dirigeantes dans ce secteur d’activité, réservé naguère aux hommes. « Je ne compte aucune femme parmi mes collègues et il m’arrive de sentir des réticences à me faire confiance parce que je suis une femme », avoue-t-elle.

Diplômée Bac +4 en gestion des entreprises

Mais cette diplômée Bac +4 en gestion des entreprises a su, au fil du temps, s’imposer. « A la fin de mes études, j’ai rencontré mon mari, qui faisait du tourisme au Maroc. Nous nous sommes mariés et quand je suis arrivé en France, sa société de transport a fait faillite et il a été licencié », raconte Lalla Beernaert.ADVERTISING

inRead invented by Teads

Or, les clients avec qui il avait l’habitude de travailler ont continué à lui faire confiance lorsque sa femme l’a persuadé de créer leur propre boîte de transport. « J’avais la connaissance du monde de l’entreprise, lui avait des clients. Nous avons regroupé nos compétences professionnelles. »

Depuis, Distr Express a embauché 26 salariés et gagné le marché très convoité de La Poste, à Valenciennes. « Cette nuit, j’ai été appelée à 3 h du matin pour me dire que des camions de livraison étaient bloqués par des manifestants. Il a fallu que je prévienne mes conducteurs que nous ne serions pas livrés à temps. Il faut savoir gérer ces contretemps de dernière minute. »

« Nous avons décidé de recruter des chauffeurs supplémentaires »

Alors, la dirigeante a choisi de faire le dos rond et accepte de travailler à perte en ce moment. « Il est préférable de perdre un peu d’argent sur un mois plutôt que de perdre un client. On sait que tous les ans, le trafic est très dense jusqu’au 24 décembre. A ça s’ajoute, cette fois, le stress des grèves. C’est pour ça que nous avons décidé de recruter des chauffeurs supplémentaires pour éviter à nos salariés de faire trop d’heures supplémentaires. »DOSSIER SUR LA RÉFORME DES RETRAITES

ADVERTISING

inRead invented by Teads

Car Lalla Beernaert croit en l’avenir de son entreprise. Elle vient de créer deux autres structures avec des associés. Toujours dans le domaine du transport. « On vise le marché longue distance en Europe et le développement d’une ligne vers l’Afrique du Nord. »

Mais pour cette maman de 3 enfants de 4 à 9 ans, l’important, jusqu’à Noël, « c’est que les cadeaux arrivent en temps et en heure ».SOCIÉTÉ