Home>Lille>Lille: Blessé par balle lors d’un contrôle de police, un homme décède un mois plus tard
Lille Logement Police SÉCURITÉ Social SOCIÉTÉ

Lille: Blessé par balle lors d’un contrôle de police, un homme décède un mois plus tard

ENQUETE Une enquête a été suite à cette mort survenue à la suite d’une blessure par balle pendant un contrôle de police…

Il avait été gravement blessé par balle lors d’un contrôle de police, il y a un mois. Dans le coma depuis, un jeune Lillois de 24 ans est décédé dans la nuit de la Saint-Sylvestre, rapporte La Voix du Nord. L’avocat de la famille envisage de porter plainte avec constitution de partie civile pour avoir accès au dossier.

Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, une patrouille de police surveillait un véhicule de location qui n’avait pas été rendu à temps et qui se trouvait stationné rue Solférino, dans le quartier festif de Lille. Lorsque le locataire présumé du véhicule s’est fait déposer devant la voiture par une Renault Scenic noire, les policiers ont décidé d’effectuer un contrôle.

Un « coup de feu en légitime défense »

L’homme au volant de la Scenic a tenté de prendre la fuite. Interrogée par le quotidien régional, la Direction départementale de la sécurité publique évoque un « coup de feu en légitime défense pour stopper le véhicule ». Blessé au ventre, le conducteur a perdu le contrôle du véhicule qui a fini sa course un peu plus loin.

L’enquête, que le parquet avait « immédiatement ouverte et confiée à l‘inspection générale de la police nationale (IGPN) pour élucider le déroulement des faits », se poursuit actuellement en « enquête préliminaire » et, « dans ce cadre, une autopsie a été ordonnée », a indiqué le parquet de Lille.

Les avocats de la famille du jeune homme, Me Abderrahmane Hammouch, Me Benoît Cousin et Me Alice Cohen-Sabban, souhaitent l’ouverture d’une information judiciaire « sans délai », à l’initiative du procureur de la République, « à défaut de quoi ils déposeront une plainte avec constitution de partie civile contre les policiers », ont-ils affirmé à l’AFP.