Home>Monde>Ligue Europa: Quand El-Ghazi présente l’Ajax Amsterdam
Monde Sport

Ligue Europa: Quand El-Ghazi présente l’Ajax Amsterdam

L’attaquant lillois connaît très bien l’adversaire des Lyonnais ce mercredi en demi-finale de la Ligue Europa…

  • Anwar El-Ghazi a évolué de 2015 à janvier 2017 à l’Ajax
  • L’une des faiblesses du club amstellodamois, la jeunesse de son effectif

C’est sans aucun doute le joueur de Ligue 1 qui connaît le mieux l’Ajax Amsterdam qui reçoit Lyon ce mercredi (18h45) en demi-finale aller de la Ligue Europa. Membre du club néerlandais de 2015 à janvier 2017, Anwar El-Ghazi a quitté le club néerlandais cet hiver pour rejoindre le Losc. Mais l’attaquant de 23 ans a gardé de nombreuses attaches aux Pays-Bas et nous parle en détail de l’adversaire des Lyonnais.

>> A lire aussi : Anwar El-Ghazi, première recrue du LOSC de l’ère Lopez

Des jeunes plein d’avenir. « C’est une équipe très forte et très jeune. Ils jouent de façon très offensive, pressent haut et ont de nombreux jeunes joueurs de qualité. L’Ajax donne rapidement leur chance aux jeunes. Si vous jouez bien en équipe réserve, ils vous laissent jouer très vite avec les pros. On n’a pas peur de vous lancer dans le grand bain. C’est la raison pour laquelle de nombreux joueurs de l’Ajax grandissent vite.

Tout cela donne beaucoup de confiance et d’expérience aux joueurs. Par exemple, j’ai débuté à 18 ans chez les pros, et l’année suivante j’affrontais Barcelone et le PSG en Ligue des champions. On vous demande juste de montrer ce que vous savez faire. Parfois vous êtes bons, parfois vous l’êtes moins mais on garde confiance en vous pour vous faire progresser. »

Un style tourné vers l’attaque. « Ils jouent toujours en 4-3-3 avec des ailiers et un avant-centre. Ils essaient toujours de jouer au foot et peuvent marquer à n’importe quel moment. Même si vous les pressez ce n’est pas un problème. Ils essaieront toujours de vous contourner. Ça ne balance pas de longs ballons devant. L’Ajax essaie de construire de derrière pour trouver des espaces. Ils ne se contentent pas de tirer au but.

Si Lyon essaie de les presser ou préfère les attendre, dans les deux cas, ils trouveront toujours le moyen de jouer au foot. C’est une équipe, plus offensive que défensive. Ils ont de bons défenseurs dont la principale qualité est la vitesse. Ils n’hésitent pas à jouer haut. Ce n’est pas facile pour les attaquants adverses. »

Joueurs à surveiller. « Pour moi Hakim Zyech est un très bon joueur, il évolue comme un numéro 10, c’est un super milieu de terrain. C’est clairement la pièce maîtresse de cette formation. L’ailier gauche Amin Younes est aussi très bon. Il excelle dans les un contre un. Le défenseur Kenny Tete est également un excellent joueur. »

Faiblesses cachées. « C’est une équipe très jeune et ça peut parfois être un problème. Ils ont d’autres faiblesses mais je préfère les garder pour moi car je supporte l’Ajax et je veux qu’ils battent Lyon (rires). »

Gare à l’excès de confiance. « Il ne faut surtout pas sous estimer cette équipe, ce serait une grosse erreur. L’Ajax reste l’Ajax. Cette équipe a beaucoup de qualités et n’est pas arrivée en demi-finale par hasard. Ce ne sera pas facile pour Lyon. Si l’Ajax s’impose à domicile, ce sera compliqué au retour pour l’OL. C’est difficile de dire si une équipe est supérieure à l’autre car elles ne jouent pas de la même façon. Je pense que Lyon a plus de qualités que l’Ajax mais ça dépendra aussi si Lacazette joue ou pas. Sa présence peut changer beaucoup de choses. »

Qui est favori ? « C’est difficile à dire. Lyon est aussi une très bonne équipe. C’est l’un des clubs français qui joue le mieux. Ils ont beaucoup de joueurs de qualité. Mais je suis sûr que l’Ajax gagnera le match aller à domicile. Ils sont très forts sur leur pelouse. En plus, je pense que Lyon va les attendre. Si l’OL les presse haut, ça peut être dangereux pour l’Ajax mais aussi pour eux. Car c’est une équipe qui va très vite en contre. Cela devrait donner un super match, je pense. »

View image on Twitter

Différence de styles. « A L’Ajax, on joue vraiment au foot. On construit de l’arrière et on essaie de se rapprocher du but avec stratégie. Ce n’est pas pareil en France. Beaucoup d’équipes balancent devant et courent après. Ça ne presse pas beaucoup et ça reste derrière. Il n’y a pas beaucoup d’espaces par rapport au foot néerlandais. C’est la principale différence avec l’aspect physique. Le jeu et les joueurs sont bien plus physiques en France. Mais le jeu est plus technique aux Pays-Bas. »