Home>Sport>Les destins croisés de Lille et Marseille
Sport

Les destins croisés de Lille et Marseille

Les deux clubs qui s’affrontent vendredi au stade Pierre Mauroy multiplient les points communs ces derniers mois…

Au classement de la Ligue 1, ils n’ont rien à voir. D’un côté, le Losc, 14e qui lutte pour son maintien. De l’autre, Marseille (5e) qui vise une place en coupe d’Europe. Pourtant, ces derniers mois, il y a plus de points communs que de différences entre les deux clubs qui s’affrontent ce vendredi au stade Pierre Mauroy en match décalé de la 30e journée.

Franck Passi, le Marseillais qui entraîne Lille.

Le cas est assez rare pour être signalé. Franck Passi a débuté la saison sur le banc de l’OM et la finira comme entraîneur de Lille. Arrivé aux commandes du club nordiste le 14 février, le technicien de 50 ans va retrouver son club de cœur pour la première fois depuis son départ en octobre dernier. Un match forcément particulier.

« Je suis entré à l’OM à l’âge de 19 ans et j’y ai vécu des moments exceptionnels. C’est un énorme club en Europe. J’y ai travaillé pendant dix ans, j’y ai toujours des amis. Ça représente énormément. Mes enfants sont nés à Marseille et j’ai une relation spéciale avec le club et avec la ville. Mais je suis aussi un compétiteur », rappelle le coach lillois qui ne fera pas de sentiments l’espace de 90 minutes.

Rudi Garcia, le Lillois qui entraîne Marseille.

Pour la première fois depuis son départ du Losc en 2013, Rudi Garcia va retrouver le stade Pierre Mauroy. Et ça lui fait chaud au cœur « Je serai très content de retrouver le peuple lillois. J’ai passé onze ans de ma carrière là-bas. J’ai vécu des moments fantastiques. Je regarde et je reste supporter du LOSC. C’est un club qui m’a beaucoup construit et pour qui j’ai une affection particulière, Même si je serai certainement leur pire ennemi, partir du coup d’envoi », a lâché le coach marseillais.

Et l’accueil du public lillois devrait être à la hauteur, lui qui n’a rien oublié des belles heures de l’ère Garcia (2008-2013) couronnée par un doublé en 2011 et un jeu offensif qui faisait lever les foules.

Des retrouvailles sur lesquelles n’ont pas souhaité s’étendre les joueurs lillois sur consigne du club. Interrogé sur le sujet, Rio Mavuba a préféré botter en touche. « J’ai beaucoup de respect pour ce qu’il a fait ici mais c’était il y a six ans. Bien sûr, il y a eu le titre mais aujourd’hui on en est loin. On a envie de sauver le Losc, de rester en Ligue 1 et qu’on tourne la page », lâche le capitaine lillois.

Gérard Lopez, le président de Lille qui voulait l’OM

S’il a finalement racheté Lille en janvier dernier, Gérard Lopez s’était d’abord positionné sur le rachat de l’OM. En août dernier, l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois était en concurrence avec l’Américain Frank McCourt qui lui a finalement été préféré par Margarita Louis-Dreyfus, ex-propriétaire du club phocéen. C’est seulement après que Gérard Lopez s’est rabattu sur le club nordiste qu’il a racheté à Michel Seydoux.

Marcelo Bielsa, l’idole de l’OM qui va débarquer à Lille

L’annonce de l’arrivée de Marcelo Bielsa à Lille en juillet prochain a surpris tout le monde à Marseille à commencer par Dimitri Payet. « Je ne voyais pas “El Loco” à Lille, travailler dans le froid toute l’année », a lâché l’attaquant marseillais et ex-lillois ce jeudi en conférence de presse.

=Un effarement partagé par tous les supporters marseillais qui avaient fait de l’Argentin une véritable idole quand il entraînait l’OM (2014-2015) avant de partir brutalement en août 2015. Les fans phocéens espéraient bien revoir leur entraîneur fétiche un jour en Ligue 1 mais plutôt à Marseille qu’à 1.000 kilomètres du Vélodrome.

Florian Thauvin, le Marseillais qui avait signé à Lille

Son cas reste unique à Lille. Alors qu’il avait signé un contrat de quatre ans avec le club nordiste en janvier 2013, Florian Thauvin n’y aura jamais joué. Après avoir été prêté six mois à Bastia, l’attaquant débarque dans le Nord mais n’y reste que quelques semaines, le temps d’entamer un bras de fer avec ses dirigeants pour… rejoindre l’OM.

Le joueur aura finalement gain de cause et le Losc y trouvera aussi son bonheur en empochant 15 millions d’euros pour le transfert d’un joueur qui n’aura jamais porté ses couleurs. Reste que les supporters nordistes ne lui ont jamais pardonné cette volte-face. A chaque fois qu’il vient jouer à Lille, le joueur y est copieusement insulté.