Home>Sport>Le Touquet rêve d’accueillir la demi-finale France Serbie
Sport

Le Touquet rêve d’accueillir la demi-finale France Serbie

La station balnéaire a déposé sa candidature pour accueillir l’évenement du 15 au 17 septembre…

Non, ce n’est pas une blague. Du 15 au 17 septembre prochain, Le Touquet compte bien accueillir la demi-finale de Coupe Davis France-Serbie. La station balnéaire de 4500 habitants (hors saison) vient même d’envoyer son dossier de candidature à la fédération française de tennis. Avec plusieurs arguments à faire valoir.

Un court central extérieur de terre battue

« Dans l’appel à candidature envoyé par la FFT, il est indiqué que Yannick Noah, le capitaine, privilégie une rencontre sur terre battue et en extérieur. On a travaillé sur le dossier et on a décidé de faire acte de candidature », explique Patrick Doussot, responsable du centre tennistique Pierre de Coubertin du Touquet. L’enceinte touquettoise dispose de 25 courts de terre battue dont un court central extérieur de 1000 places facilement aménageable pour répondre au cahier des charges de la FFT.

La ville répond au cahier des charges

« Il faut une capacité de plus de 8000 places. Or, sur notre central, on peut rajouter des tribunes de chaque côté pour aller jusqu’à 9000 places. Il faut aussi des aéroports à proximité. On en a trois avec ceux de Lille, Beauvais et Paris. Et on a aussi un aéroport au Touquet qui peut accueillir des charters de supporters serbes par exemple. Il faut aussi une hôtellerie importante ce dont on dispose au Touquet », poursuit Patrick Doussot.

Des adversaires de poids

A première vue, le Touquet remplit toutes les conditions pour organiser l’événement. Sauf que la ville ne part pas vraiment favorite. Si les candidats ont jusqu’à jeudi pour se faire connaître, Nantes et Grenoble ont déjà déposé leur candidature. Deux grandes villes avec lesquelles Le Touquet aura du mal à rivaliser.

Même si la station balnéaire a un atout de poids : son court de terre battue se trouve en extérieur conformément au vœu de Yannick Noah. « Ce n’est pas possible de le faire sur le central de Roland-Garros qui sera en chantier à cette période-là », précise le dirigeant nordiste.

L’handicap météorologique

Reste que le vœu de Noah ne sera pas forcément exaucé par les télés qui ne préfèrent pas dépendre des aléas climatiques. Et même si la demie se joue en extérieur, la station balnéaire du Pas-de-Calais pourrit être victime de sa situation géographique en plein mois de septembre.

« C’est certain qu’on a un petit handicap dans ce domaine. Mais statistiquement, c’est souvent l’été indien à cette période au Touquet », se défend Patrick Doussot. Ne reste plus qu’à convaincre la FFT qui rendra sa décision le 2 mai. Le Touquet croise les doigts.