Home>Santé>Homme décédé et ligoté à Lisieux: Trois personnes placées en garde à vue
Santé

Homme décédé et ligoté à Lisieux: Trois personnes placées en garde à vue

L’interpellation intervient dans le cadre de l’enquête sur le décès d’un homme, retrouvé ligoté vendredi dans son appartement de Lisieux (Calvados)…

Trois jeunes hommes ont été interpellés samedi soir et placées en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le décès d’un homme, retrouvé ligoté vendredi dans son appartement de Lisieux (Calvados), a-t-on appris ce dimanche auprès du parquet de Caen.

Les trois personnes, « un majeur et deux mineurs, ont été interpellées à Lisieux et hors du département », a indiqué à l’AFP la procureur de la République à Caen, Carole Etienne, sans autre détail.

Un lien éventuel avec une seconde affaire similaire

L’enquête ouverte après la mort de la victime, âgée de 58 ans, s’est élargie à une seconde affaire de même nature, toujours à Lisieux, mais qui toutefois ne s’est pas soldée par un décès. La procureur a révélé ce dimanche auprès de l’AFP qu’un septuagénaire avait lui aussi été agressé et ligoté, mais retrouvé vivant, dans son appartement.

Cette affaire s’est déroulée vendredi, « quelques heures » avant celle à l’issue de laquelle l’homme de 58 ans est décédé.

« Des vérifications sont en cours sur le lien éventuel entre ces deux affaires », ainsi que sur l’implication éventuelle de chacune des trois personnes interpellées dans l’un ou l’autre fait, ou dans les deux, a ajouté Carole Etienne.

La victime décédée était un homme qui, selon les premiers éléments de l’enquête, vivait seul, « mais n’était pas isolé », a précisé Carole Etienne. Cette dernière n’a donné aucun élément sur les causes du décès.

Trop tôt pour déterminer le mobile

« Manifestement, les faits ont été suivis de la mort », a juste déclaré Carole Etienne, selon laquelle une autopsie est programmée la semaine prochaine.

Quant au mobile, la procureur a estimé qu’il était trop tôt pour le déterminer avec exactitude. Mais elle a indiqué que des vols de carte bleue et de voiture ont été constatés chez le septuagénaire, victime de « séquestration et d’extorsion », a souligné Carole Etienne.

Chez la victime décédée, « on étudie l’éventualité d’un vol à son préjudice », a ajouté la procureure.