Home>Santé>De plus en plus de familles choisissent la garde alternée après une séparation
Santé Social SOCIÉTÉ

De plus en plus de familles choisissent la garde alternée après une séparation

SEPARATION Les chiffres de la garde alternée ont augmenté, pour atteindre 17 % des décisions de justice sur l’avenir des enfants…

De plus en plus de familles choisissent la garde alternée. La proportion de mineurs qui partagent leur vie entre les domiciles de leurs deux parents a doublé en France entre 2010 et 2016, passant à 400.000 enfants, selon un nouveau rapport de l’Inseepublié ce jeudi.

Une semaine chez papa, une semaine chez maman. Entre 2003 et 2012 (dernières données disponibles), les décisions de justice en faveur de la résidence alternée ont doublé pour atteindre 17 % des décisions (pour 73 % des cas chez la mère, 7 % chez le père et 3 % chez un tiers). Un enfant de couple divorcé sur cinq vit en résidence alternée, un mode de garde en forte progression depuis sa reconnaissance officielle par la loi en 2002.

Un mode de garde pour les plus grands

Selon l’Insee, la proportion d’enfants en résidence alternée croît régulièrement avec l’âge des enfants : 2,6 % des enfants de 6 ans, 3,8 % de ceux de 11 ans. Ce mode de garde est plus rare chez les plus jeunes (0,7 % des moins de 4 ans), d’une part parce que les parents de jeunes enfants sont moins souvent séparés, mais aussi parce que les décisions de justice en faveur de la garde alternée sont moins souvent prononcées pour de très jeunes enfants.

C’est une solution stable pour une majorité d’enfants concernés : entre les deux tiers et les trois quarts des moins de 14 ans en résidence alternée en 2010 l’étaient encore cinq ans plus tard.

Très répandue en Nouvelle-Aquitaine

L’Insee, qui a consulté les données de l’impôt sur le revenu, de la taxe d’habitation et de la taxe foncière note que les enfants en résidence alternée vivent dans des familles plutôt aisées. On en trouve peu dans les foyers pauvres : 11 % des enfants en garde alternée vivent dans un ménage pauvre contre 22 % de l’ensemble des enfants. Le coût de la résidence alternée en termes de logement est sans doute en cause, indique prudemment l’Insee, qui ne dispose pas d’enquête qualitative pour expliquer ses constats.

La garde alternée est plus répandue dans l’ouest et le sud de la France, particulièrement en Nouvelle Aquitaine. Là encore, le coût du logement doit jouer un rôle important. L’alternance est la plus rare dans les communes densément peuplées d’Ile-de-France tandis qu’elle est la plus fréquente dans les communes peu denses ou de catégorie intermédiaire, où le logement est le plus abordable.