Home>Météo>La «caravane» de migrants honduriens force la frontière Guatemala-Mexique
Météo Monde SÉCURITÉ Social SOCIÉTÉ

La «caravane» de migrants honduriens force la frontière Guatemala-Mexique

MONDE Ils espèrent rejoindre les Etats-Unis, 3.000 km plus au nord… 

Rien ne les arrête. Des milliers de migrants honduriens ayant quitté leur pays en «caravane» ont passé en force vendredi la frontière entre le Guatemala et le Mexique à Tecún Umán, dans l’espoir de rejoindre ensuite les Etats-Unis. Les migrants honduriens ont enfoncé une clôture métallique qui leur barrait le passage à la frontière guatémaltèque et submergé une première clôture mexicaine jusqu’à un pont frontalier où des forces anti-émeutes mexicaines étaient déployées et leur barraient le passage.

Aux cris de «Oui, on peut» ou «Mexico! Mexico!», la foule, qui compte nombre de femmes et enfants, s’est engouffrée à la frontière après quelques instants de grande tension face à un premier cordon d’une vingtaine de policiers. «Ouvrez s’il vous plaît!» suppliait une femme en pleurs devant l’ultime barrière, un bébé dans les bras.

Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles, selon un journaliste de l’AFP, et certains migrants ont été victimes de malaise au cours de la bousculade. Un peu plus tôt, des migrants avaient préféré sauter du pont dans la rivière pour rejoindre des bateaux pneumatiques.

Défi à Trump

Plus de 3.000 Honduriens sont arrivés en petits groupes, à pied ou par bus, à Tecun Uman ces derniers jours. Ils ont quitté samedi dernier San Pedro Sula, dans le nord du Honduras, fuyant la misère et la violence dans leur pays.

Jeudi, le président américain Donald Trump avait menacé de fermer la frontière avec le Mexique si les autorités mexicaines ne bloquaient pas l’avancée de cette caravane de migrants honduriens. «Je dois, dans les termes les plus fermes, demander au Mexique de stopper cette marche. Si le Mexique n’y arrive pas, je demanderai à l’armée de FERMER NOTRE FRONTIERE SUD», a tweeté le président américain.

Le Honduras est considéré comme l’un des pays les plus violents du monde, avec un taux annuel de 43 homicides pour 100.000 habitants. Comme au Guatemala et au Salvador, les gangs font régner la terreur au Honduras, où 68% des neuf millions d’habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Plus de 500.000 personnes traversent chaque année illégalement la frontière sud du Mexique pour tenter ensuite de remonter vers les Etats-Unis, selon des chiffres de l’ONU.