Home>collèges et lycées>Cannabis: Les ados évoquent «un produit bio» moins «dangereux» que le tabac
collèges et lycées Commerce et distribution| Drogue Santé Social SOCIÉTÉ

Cannabis: Les ados évoquent «un produit bio» moins «dangereux» que le tabac

Le tabac a lui une image « résolument négative » associée à « la mort et la souffrance » pour les adolescents…

Le cannabis a bonne presse auprès des jeunes. Jugée « meilleure au goût » que le tabac, moins « dangereuse » et « plus saine », l’herbe a une image positive et « dédramatisée » auprès des adolescents, selon une étude de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publiée mardi.

« L’initiation au cannabis est vécue comme une expérience positive, contrairement à la première cigarette », a expliqué Ivana Obradovic, directrice adjointe de l’OFDT et auteure de l’étude.

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

« Un produit naturel et bio »

Celle-ci a été menée entre 2014 et 2017 auprès d’un échantillon représentatif de 200 jeunes âgés de 13 à 18 ans. Cette génération d’adolescents, qui a grandi avec l’interdiction de la vente de cigarettes aux mineurs et de sa consommation dans les lieux publics, associe au tabac une image « résolument négative » liée à « la mort et la souffrance », note l’étude.

Les collégiens et lycéens ne font plus de la cigarette « un passage obligé » de la sociabilité. Et le phénomène s’est accéléré avec la hausse de son prix depuis le début des années 2000. Le cannabis, « moins cher et presque aussi facile à trouver en pratique » selon les jeunes interrogés, est perçu comme « un produit naturel, bio, moins chimique ». Il est jugé comme plus rassurant en termes de composition que la résine.

« La même ambition pour l’alcool et le cannabis »

« La dégradation de l’image (du tabac) pour les jeunes générations montre que l’action publique peut fonctionner et gagner la bataille de l’image », a réagi Nicolas Prisse, président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca). « Il faut maintenant avoir la même ambition et nous mobiliser pour mieux protéger les jeunes générations de l’alcool et du cannabis », a-t-il ajouté.

Un rapport parlementaire, qui doit être présenté ce mercredi en commission des lois, préconise de sanctionner le fumeur de cannabis d’une simple amende alors que la peine de prison encourue actuellement – un an ferme – est très rarement prononcée. La mesure ne pourra pas s’appliquer aux mineurs, dont le régime juridique est différent.