Home>Lille>Attaque antisémite de Pittsburgh: Une cérémonie en toute sobriété à Lille
Lille Monde religion Santé SÉCURITÉ Social SOCIÉTÉ Terorisme

Attaque antisémite de Pittsburgh: Une cérémonie en toute sobriété à Lille

MEMOIRE A la synagogue de Lille, des dizaines de personnes ont assisté à l’hommage aux victimes de Pittsburgh

Mardi soir, à la synagogue de Lille, l’office religieux était consacré à honorer la mémoire des onze victimes de l’ attaque antisémite qui a fait onze morts, samedi, à Pittsburgh, aux Etats-Unis.

Face à cet acte, et en présence du Grand rabbin de France, la communauté juive de Lille a tenu à rappeler qu’il ne fallait pas céder à la haine.

« C’est aussi le deuil de toute la France »

La rue menant à la synagogue est fermée à la circulation. Des policiers lourdement armés en surveillent les accès. Pour autant, l’ambiance n’est pas particulièrement tendue. Arrivé directement de Paris, Haïm Korsia, le Grand Rabbin de France, discute longuement avec le préfet de région, Michel Lalande. « Nous sommes dans une période de deuil qui va durer sept jours. Et c’est important que le préfet soit présent, Il représente l’Etat, car ce deuil n’est pas que celui d’une communauté, c’est aussi celui de toute la France », explique le Grand rabbin de France.

Les fidèles arrivent peu à peu et la salle se remplit lentement. « Une foule inhabituelle pour un mardi », reconnaît un homme d’une cinquantaine d’années, habitué des lieux. Puis un bus s’arrête devant la porte et une cohorte de militaires en descendent. « Ce sont des aumôniers militaires, en congrès à Lille demain », explique le fidèle.

Une fois tout le monde installé, c’est le Grand rabbin de Lille, Elie Dahan, qui ouvre la cérémonie : « Contrairement à mon habitude, je ne ferai pas de mot d’humour ce soir », lance-t-il, visage fermé. « Face à la violence, la seule réponse possible est de donner un sens à notre vie par des actes d’amour », assure-t-il.

« Le moindre geste de racisme ou d’antisémitisme est intolérable »

Droit dans son uniforme de l’armée de terre, l’un des aumôniers brise le silence du recueillement en chantant, seul, un psaume en hébreu à la mémoire des disparus. « Cette tragédie a eu lieu à des milliers de kilomètres, enchaîne Haïm Korsia. Mais la distance avec les morts ne doit pas nous faire céder à l’indifférence ».

Pour le Grand rabbin, il n’existe pas de minimum acceptable : « Il n’y a pas de seuil. Le moindre geste de racisme ou d’antisémitisme est intolérable. Nous ne céderons pas », martèle-t-il.

Un autre militaire récite lentement la liste des noms des onze victimes « pour combattre l’oubli ». Puis la cérémonie se termine avec Le chant du soir, interprété a cappella par un petit groupe de scouts. « Jamais les crépuscules ne vaincront les aurores », lance le Grand rabbin de France, citant Apollinaire.