Home>economie>Airbnb se retire des colonies de Cisjordanie, Israël menace de sanctions
economie Logement Monde TOURISME Travail Video WEB

Airbnb se retire des colonies de Cisjordanie, Israël menace de sanctions

LOGEMENT L’ONG américaine Human Rights Watch a appelé ce mardi le site de tourisme Booking.com à suivre l’exemple d’Airbnb…

La plateforme de réservation de logements en ligne Airbnb a annoncé ce lundi qu’elle renonçait à faire des offres dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée. Cette décision a provoqué la colère d’ Israël, qui a menacé de mettre en place des sanctions.

« Nous avons conclu que nous devrions retirer de nos listes les logements dans les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée qui sont au cœur de la dispute entre Israéliens et Palestiniens », a indiqué dans un communiqué Airbnb.

200 logements répertoriés par Airbnb

La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé par l’armée israélienne depuis plus de cinquante ans. Les colonies qui y sont construites par Israël sont considérées comme illégales par la communauté internationale qui les voit comme l’un des principaux obstacles à la paix. Le gouvernement israélien conteste cette vision.

La plateforme Airbnb indique que 200 logements sont répertoriés dans ses colonies, mais ne précise pas quand cette mesure entrera en vigueur.

« Porter plainte contre Airbnb »

Le ministre israélien du Tourisme, Yariv Levin, a immédiatement dénoncé dans un communiqué la décision « honteuse et malheureuse » d’Airbnb. « Notre ministère a commencé à préparer des mesures immédiates pour limiter les activités d’Airbnb » en Israël. Il a ajouté qu’il comptait lancer un programme pour encourager la location de courte durée de logements dans les colonies de Cisjordanie. Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a appelé de son côté tous « ceux qui sont affectés d’envisager de porter plainte contre Airbnb », en se basant sur une loi israélienne contre le boycott de l’Etat hébreu.

Saëb Erakat, un haut responsable palestinien, a en revanche estimé dans un communiqué que la décision d’Airbnb « constitue une première étape positive ». « Il était crucial qu’Airbnb se conforme au droit international selon lequel Israël est une puissance occupante et que les colonies de Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, sont illégales et constituent un crime de guerre ».

Booking.com va-t-il suivre ?

Ce mardi, l’ONG américaine Human Rights Watch a appelé le site de tourisme Booking.com à suivre l’exemple d’Airbnb. « Booking.com et d’autres entreprises contribuent à pérenniser un régime discriminatoire en Cisjordanie en poursuivant leurs activités en Cisjordanie », écrivent Human Rights Watch (HRW) et l’ONG israélienne Kerem Navot dans un rapport intitulé « Bed and Breakfast en terre volée ».

Vidéo intégrée

Omar Shakir

@OmarSShakir

Bed&Breakfast on Stolen Land »-new 65pg @hrw/@KNavot report on tourist listings in illegal settlements off-limits to Palestinians. By delisting @airbnb has taken stand against discrimination/land theft; @bookingcom should follow suit https://www.hrw.org/news/2018/11/20/israel-airbnb-end-settlement-rentals 

57

44 personnes parlent à ce sujet

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

« Des Israéliens et des étrangers peuvent louer des logements dans les colonies, ce qui est dans la pratique interdit aux détenteurs de papiers d’identité palestiniens », écrivent les deux ONG. Elles disent n’avoir connaissance d’aucune autre situation semblable dans le monde dans laquelle les propriétaires listés par Airbnb n’ont « pas d’autre choix que de pratiquer la discrimination à l’encontre de leurs hôtes en raison de leur origine nationale ou ethnique ».